mars
14

Histoire : 24 ANS D’EXISTENCE AU SERVICE DES ENFANTS DES RUES

1997

Tout commence par un voyage au Vietnam de Claire Motte dit Falisse et de Clotilde Heusse. Au-delà de la beauté des paysages et de l’accueil chaleureux des habitants, ce qui retient particulièrement l’attention de nos deux voyageuses, ce sont les conditions d’extrême dénuement dans lesquelles vivent de nombreux enfants des rues. Elles décident d’aller à la rencontre d’une association qui accueille ces enfants, le constat est catastrophique : faute de place, les enfants dorment à trois par lit, la pluie traverse le toit des dortoirs. De retour en France, Claire Falisse et Clotilde Heusse prennent la décision de collecter des fonds pour construire un bâtiment avec 10 dortoirs de 5 lits et décident de s’engager durablement en créant l’association Prométhée Humanitaire.

1998

Pari tenu, les donateurs répondent favorablement, et la somme ainsi collectée permet de construire un orphelinat dans la banlieue de Ho Chi Minh Ville, offrant de meilleures conditions d’accueil.

1999

L’association, présidée par Claire Motte dit Falisse, est reconnue comme association de bienfaisance par la Préfecture de Paris.

2000

Prométhée Humanitaire intervient à Dakar au Sénégal pour soutenir deux associations œuvrant en faveur des enfants des rues, et met en place un centre médical gratuit.

2002

Prométhée Humanitaire intervient à Ho Chi Minh Ville, Vietnam, en achetant et en finançant le fonctionnement d’une maison d’accueil pour enfants des rues dont la gestion est déléguée à l’association « Thao Dan ».

2004

L’association poursuit son implantation à Dakar en finançant l’achat d’un centre d’accueil pour les petits garçons aux hlm Pattes-d’oie, géré par l’association sénégalaise  « SPER ».

2005

Prométhée Humanitaire intervient à Jacmel en Haïti en ouvrant un centre d’accueil pour les petits garçons, géré par la fondation « CHEMIN LA VIE ». Notre association est récompensée par le Prix du Juste d’or de l’humanitaire.

2006

Prométhée Humanitaire crée à Mahajanga à Madagascar le premier centre pour enfants des rues de la ville, “FANOVOZANTSAO”

2007

Notre association crée et met en place, à Madagascar, un centre d’accueil et d’application des droits de l’enfant.

Principalement des petites filles (CDE) et des enfants abandonnés. Il fonctionne depuis de façon autonome.

2011

Nous avons fait une recherche de fonds pour reloger les plus démunis suite au séisme en Haïti afin de reloger les habitants des bidons-villes et amener 180 kilos de tentes.

2015

Nous avons construit un bâtiment pour accueillir des jeunes majeurs en Haïti.

2016

Nous avons fait une recherche de fonds pour la construction d’un nouveau centre en Sénégal, et nous avons acheté un terrain de 2000 mètres carrés à Casamance.

2017

déménagement vers une maison plus grande qui permettra un meilleur accueil des enfants.

2018

création de la boulangerie solidaire: LA BALEINE, tenue par les enfants

2020

pour faire face au Covid19, nous accueillons en urgence une cinquantaine d’enfants, dont la plupart ont moins de 9 ans. Certains arrivent avec la tuberculose, la typhoïde, la dingue et la bilharziose.

2021

Recréer une bibliothèque en Haiti et une salle de jeux pour les enfants avec le projet de faire partir un conteneur rempli de meubles et de jeux.

2022

Projet de construction d’un centre en Casamance au sud du Sénégal: En phase de recherche de fonds.

janvier
15

Share

24 ans d’engagement pour les enfants des rues

Parce que le premier droit de l’homme est d’avoir une enfance.

Le monde a-t-il abandonné ses enfants ? La question n’est pas récente et reste d’actualité.

Selon l’UNESCO, “500 millions d’enfants dans le monde souffrent et meurent dans des conditions de dénuement et de détresse extrêmes. Sans relâche, des voix s’élèvent pour dénoncer cette honte collective.”

Partout dans le monde, y compris en France, vivent des enfants sans domicile fixe, dormant dans les rues, sur les plages, sous les voitures ou sous les ponts. Leurs seules ressources : la mendicité, le vol et la prostitution.

Envahis par la peur, sans soins, ils sont à la merci d’une crise de malaria, du sida, de violences et de la drogue. L’absence de famille, la pauvreté, le chômage, la violence, l’alcool, les pathologies mentales dont souffrent certains parents, sont autant de raisons qui conduisent les enfants dans la rue. Ne s’offre alors à eux comme refuge que la drogue, souvent des diluants de peintures, pas chers et donc facilement accessibles, pour oublier la douleur physique ou morale, la faim, le froid ou les viols répétés.

Une autre menace pesant sur les enfants des rues est la récupération grandissante de ces enfants par des groupes issus de conflits politiques, idéologiques ou religieux. Livrés à eux-mêmes, ces enfants deviennent des cibles de choix . Leur donner notre protection c’est éviter que d’autres les récupèrent à mauvais escient.

Il n’y a pas deux façons d’agir pour sauver un enfant des rues : Il faut lui offrir un abri 24/24 et, surtout, lui proposer un vrai projet d’avenir auquel il pourra s’accrocher.

Notre identité

Prométhée Humanitaire est une association de la loi 1901, reconnue de bienfaisance, centrée sur l’enfance en danger, sans affiliation religieuse, politique ou gouvernementale.

Notre différence, par rapport aux autres associations qui ne gardent les enfants que deux ou trois ans, est que nous nous engageons à les “élever” et ce jusqu’à l’âge adulte, s’il n y a pas pour eux de possibilité de retour en famille.

Prométhée Humanitaire c’est 1 500 enfants sauvés de la rue grâce à l’aide de ses 160 bénévoles qui luttent à Paris et sur le terrain pour leur donner : un toit, une éducation et de l’amour.

Notre charte : Agir en luttant contre les exclusions

Par son action, Prométhée Humanitaire privilégie plus particulièrement les enfants des rues, qui sont plus de 120 millions selon les chiffres 2012 de l’UNICEF.

Pourquoi les enfants des rues ? Parce qu’ils sont les plus démunis.
Prométhée Humanitaire revendique une démarche altruiste visant à faire prendre conscience de la situation catastrophique de ces enfants, victimes de la faim, des maladies, d’agressions ou de la prostitution.

Prométhée Humanitaire s’engage pour que ses actions portent sur la prise en charge des enfants à long terme par un accompagnement psychologique, physique et moral, la formation et l’insertion professionnelle, sans négliger le développement personnel et culturel.

Notre démarche

Le travail de terrain de Prométhée Humanitaire s’appuie sur des associations locales, efficaces et  de confiance, certifiées par au moins 7 années d’expériences auprès des enfants des rues.

Plusieurs membres de Prométhée humanitaire se rendent régulièrement sur le terrain pour :
• Suivre le travail des associations,
• Évaluer le contexte,
Rencontrer les enfants des rues et les acteurs locaux.

Chaque enfant financé par Prométhée Humanitaire se voit garantir, en plus de la nourriture et de l’hébergement, un vrai projet d’avenir comprenant un accès à l’enseignement et à des activités culturelles.

Notre implantation internationale

Sénégal

En 2000, Prométhée Humanitaire a débuté un nouveau projet à Dakar, capitale du Sénégal de près de 1,056 millions d’habitants. Aujourd’hui, le centre accueille une trentaine d’enfants. Notre travail de terrain vise à aller à la rencontre des jeunes dans leur environnement quotidien, les gares routières, les marchés, les salles de jeux, les clubs, les corniches et autres espaces de vie qu’ils se  sont appropriés. Par cette rencontre nous tentons d’établir/rétablir des liens entres les enfants, les jeunes et les adultes et d’être présent et disponible, ce qui constitue la base de l’action éducative et surtout en apport de l’estime de lui et l’amour dont ils ont tant manqué et qui reste le plus indispensable à leur devenir de citoyen épanoui.

Haïti

Nous sommes présents en Haïti depuis 2005. Notre maison se situe à Jacmel, commune de 170 000 habitants qui a été particulièrement touchée par le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Nous y abritons 13 enfants en interne, et soutenons 10 enfants en externe. Nous protégeons et assurons l’éducation de tous nos enfants, jusqu’à l’âge adulte. Et du mieux que nous le pouvons nous leurs offrons un projet d’avenir pour assurer leur réinsertion sociale.

Madagascar

Madagascar: Centre d’accueil pour enfants des rues
 Madagascar, ce pays fabuleux , l’une des plus grandes

îles du  Sud  du continent africain,

Île rouge, sanctuaire d’une nature unique au  monde, dont le peuple

puise sa singularité dans ses racines africaines , indiennes et asiatiques…

Île où se côtoient comme partout, riches et très pauvres, chanceux et
très malchanceux .

Les rues animées grouillent de destins aux multiples visages…et parmi
eux , celui de milliers de  petits enfants sales, affamés et non
scolarisés; les enfants des rues!

C’est la raison d’être de notre centre à Mahajanga.

Dans ce centre, nous tentons de créer les conditions nécessaires pour leur permettre une résilience.

Car  tous les enfants rêvent , à l’amour , à un toit,  à l’école, à une famille future..Du haut de leur douze ans ils évoquent ce que pourrait être leurs vies : un
premier bébé à vingt quatre ans, une carrière de juge, pilotes ou
institutrice,  et au final une famille d’au moins trois enfants et de deux
chiens ….
Ces récits nous ramènent à nos souvenirs d’enfance quand nous dessinions et rêvions de notre vie sans peurs et sans limites…Nous voulons les aider à dépasser leur blessures et leur permettre d’avoir les mêmes rêves et même chance que tous les enfants en famille…

Les éducateurs, la psychologue, et moi-même nous, les écoutons, à la fois
attendris et  fiers d’être les gardiens de ces morceaux d’enfance, mais aussi soucieux que ces rêves se concrétisent, coûte que coûte. Des « promesses de l’aube », dans un contexte local où le pire est souvent réservé aux enfants des rues…

A Madagascar  notre centre d’accueil protège des enfants garçons et filles , tous ayant vécu seuls sur les trottoirs de Tana ou de Mahajanga, et cette année nous sommes fiers de vous annoncer que tous ont réussi scolairement. Trois de nos enfants issus de la rue ont rejoint l’université…

Nos efforts sont donc payants et ceux des enfants aussi mais cela ne suffit pas, nous avons besoin de vos dons.
Pour répondre à ce besoin, Prométhée Humanitaire a créé en février 2007 le centre de Fanovozantsoa, qui accueille aujourd’hui  vingt cinq enfants, garçons et filles de 2 à 20 ans, de façon durable.

Ce centre dispose d’une équipe composée d’un directeur, d’une directrice administrative, de 4 éducateurs, d’une ménagère et d’une cuisinière, qui assurent l’encadrement des enfants, qui peuvent ainsi se nourrir, se loger, grandir dans un foyer stable et suivre une scolarisation régulière.

Prométhée Humanitaire fournit un soutien pédagogique concret par des visites régulières, des contacts permanents et la participation d’intervenants étrangers qui viennent apporter leurs compétences pour des durées variables.

Prométhée Humanitaire, en partenariat avec l’association Fanovozantsoa, assure la sécurité des enfants, le respect de leurs droits fondamentaux, favorise leur éducation scolaire et leur formation professionnelle, œuvre pour leur épanouissement actif et social, et prépare globalement leur avenir pour briser le cercle de la misère.

Prométhée Humanitaire apporte la base principale du financement du centre à Mahajanga et souhaite poursuivre son action sur du long terme. Cependant, l’association dispose de trop peu d’apport financier pour subvenir aux réels besoins du centre, et elle recherche activement et urgemment des partenaires et des soutiens financiers.

Vous pouvez aussi soutenir notre projet ou parrainer un enfant.